Où va le cinéma ?

QUI SAIT OÙ VA LA CRITIQUE : L'ENQUÊTE

En traitant la question de la critique au cours de ces rencontres, on abordait un chantier d’une telle ampleur qu’une table-ronde, si elle ne s’inscrivait pas dans un dispositif plus large, générerait immanquablement des sentiments d’insuffisance ou d’insatisfaction. C’est la raison pour laquelle nous avons accueilli avec faveur la proposition des chercheuses du Silo de soumettre à plus de 150 personnalités un questionnaire portant sur les enjeux, les territoires, les pratiques, les filiations…Ainsi le site accueillera-t-il tout au long des prochaines semaines les réponses de nos correspondants. Et comme le virtuel n’épuise pas tous les charmes de la discussion, nous ne manquerons pas d’organiser au 1er trimestre 2009 un forum, bien réel celui-là, qui permettra de tirer un bilan d’étape de ces échanges et d’envisager un prolongement éditorial.

Pour l’équipe « Où va le cinéma ? » Sylvie Pras, responsable des Cinémas

QUI SAIT OU VA LA CRITIQUE ?

À l’occasion de la table ronde « Où va la critique ? », organisée au Centre Pompidou, Le Silo a proposé d’engager un travail de recherche sur le sujet en soumettant un questionnaire à de nombreuses personnalités françaises et étrangères. C’est un interrogatoire des « comment ? » plutôt que des « pourquoi ? », intéressé avant tout par la description des pratiques, une collection de points de vue qui permettra de dessiner une cartographie actuelle de la critique et qui doit aussi permettre de faire entendre des voix qui autrement resteraient hors de portée.

Devant d’autres formes de discours, cette manière singulière de se mettre de « plain-pied » avec le film, qu’elle soit critique en titre ou sans rubrique bien définie, n’est toujours pas de trop. Alors, comment faire, maintenant ? « La critique a perdu sa montre », disait-on dans les années 50. Fallait-il le regretter ? Et aujourd’hui (ou là-bas), quelle heure est-il ?

Le Silo

LES QUESTIONS

COMMENT ÇA VA ?
La question n’est pas seulement un préliminaire avenant et s’entend de diverses façons pour demander, souriante mais un peu inquiète : quelle est la situation de la critique aujourd’hui ? Si les temps héroïques d’une critique fondée sur des systèmes d’interprétation paraissent révolus, si les communautés critiques, les grands mouvements et les grands courants se sont dissipés, sur quoi la critique peut-elle faire fond? Avant de savoir où elle va, sait-on seulement où elle en est ?

COMMENT ÇA MARCHE ?
Comment s’élabore la relation critique au film ? Comment cette relation a-t-elle évolué dans l’histoire ? Si la critique est dans l’après-coup et donne des prolongements au film, quel est son tempo ? Quelle distance mettre entre elle et ses objets ? Est-ce une question de méthode voire de technique ? Comment travaillez-vous ?

COMMENT ÇA SE DÉPLACE ?
La critique doit-elle revoir ses positions dès lors que le cinéma « prend des positions » différentes ? Les migrations successives du cinéma (de la salle au musée, du film projeté en salle au DVD, du DVD à internet…) induisent-elles d’autres réalités de l’écriture ? Mais aussi, pourquoi pas : d’autres réalités, d’autres modalités pour la critique que l’écriture ? D’autres formes discursives se sont emparées de ses objets : théorie du cinéma, histoire du cinéma, exposition du cinéma… Faut-il spécifier la fonction critique par rapport aux autres discours sur le film ?

COMMENT FAIRE ?
Comment la critique se situe-t-elle par rapport aux discours de l’information, de la communication ou de l’évaluation ? Comment se distribuent les enjeux de jugement de goût, de production de connaissance, d’interprétation ? Que recouvre la critique de cinéma au-delà du champ strictement cinématographique (si tant est que l’on considère qu’elle puisse ou doive parler d’autre chose) ?

COMMENTAIRE ?

LEURS RÉPONSES

Acteurs et réalisateurs répondent à cette question centrale : “Où va le cinéma ?”

Toutes les vidéos “Où va le cinéma ?” sur Dailymotion »

ACTUELLEMENT AU CENTRE POMPIDOU

EXPOSITIONS

CINÉMAS ET VIDÉOS

PAROLE

SPECTACLES ET CONCERTS

Laissez-Passer