Où va le cinéma ?

L’AUTEUR, LE CINÉASTE, LE COLLECTIF: QUI FAIT ŒUVRE ?

Jeudi 4 décembre / 20h30 - 22h
Centre Pompidou / Petite salle

Débat retransmis en direct | Participez au débat

« L'auteur s'est mué en valeur absolue et sa politique en mythe. » Antoine de Baecque

Si la notion d’auteur, puis la «  politique des auteurs  » , ont constitué une spécificité française comme invention d’un regard et d’une histoire du cinéma, qu’en est-il aujourd’hui ?

De la « politique des auteurs » le temps semble avoir retenu la notion d’auteur plus que celle de politique. Et le débat sur la signature d’une oeuvre cinématographique reste toujours vivace.
Comment doit-on appeler la personne qui réalise un film ? Tandis que les Américains disposent de deux termes (« director »   ou « moviemaker » ), les Français disposent d’un arsenal de mots – qui, bien sûr, ne signifient pas la même chose. L’auteur, en France, on pourrait presque lui mettre une majuscule. Tous les réalisateurs, aujourd’hui, même ceux qui rendent la Nouvelle Vague responsable de tous les maux actuels du cinéma français, souhaitent être reconnus comme des « Auteurs ». C’est oublier que le terme important dans la « politique des auteurs » était, comme l’ont souvent répété en vain Rohmer et Godard, le mot « politique », puisqu’il s’agissait de s’emparer du cinéma français par le haut sans passer par la case départ, de devenir cinéaste sans avoir suivi le cursus honorum de la profession du cinéma, qui va du stage au poste suprême de réalisateur en passant par l’assistanat, qui n’est qu’un long apprentissage. C’est oublier aussi qu’il s’agissait avant tout d’enfoncer le clou, de redire que le cinéma pouvait être un art, la mise en scène un langage, un film l’expression d’une personnalité. Une perversion ironique de la « politique des auteurs » a fait du cinéaste le seul responsable de l’oeuvre filmée.

Au fond, rien de plus puéril que le désir d’être le seul chef d’une oeuvre d’art. Le cinéma est une oeuvre collective, chacun peut y déposer sa patte. Pourtant, en France, un seul homme, avec le hasard, est censé avoir le contrôle de l’ensemble et du montage final (le fameux final cut), en être le chef d’orchestre absolu : le réalisateur. Auteur ou pas (on peut être aussi un mauvais auteur), le terme ne subsiste aujourd’hui que dans l’acception de « cinéma d’auteur », dont il faut bien dire aujourd’hui qu’il constitue un ghetto pour ceux qui en font partie. Qui est l’auteur d’un film ? Une question très française, avec laquelle nos débatteurs auront maille à partir.

Par Jean-Baptiste Morain, les Inrockuptibles

INTERVENANTS

Olivier Assayas, cinéaste
Né en 1955, Olivier Assayas signe de nombreuses critiques de cinéma, notamment dans les Cahiers du cinéma, entre 1980 et 1985, des scénarios et un court métrage, avant de réaliser Désordre, son premier long métrage en 1986. Titulaire du Prix Jean Vigo en 1992 pour Paris s’éveille, il connaîtra la reconnaissance avec Irma Vep en 1996. Parallèlement à une filmographie composée d’une dizaine de fictions et de quelques documentaires, il réalise en 2008 la mise en image du ballet Eldorado du chorégraphe français Angelin Preljocaj. Il a réalisé L’Heure d’été en 2008 et prépare actuellement Les Temps de venir, un long métrage avec Juliette Binoche.
Claire Denis, cinéaste
Née en 1948, diplômée de l’IDHEC en 1972, Claire Denis est assistante à la mise en scène de Robert Enrico, Jacques Rivette, Wim Wenders ou encore Jim Jarmusch avant de réaliser son premier long métrage Chocolat en 1988. Suivront une quinzaine de films à ce jour dont Beau Travail (1999) et Trouble Every Day en 2001. Elle est également l’auteur de deux documentaires, Vers Nancy en 2002 avec le philosophe Jean-Luc Nancy et Vers Mathilde en 2005 avec la chorégraphe Mathilde Monnier. En 2007, elle présente l’exposition « Diaspora » au Musée du quai Branly. 35 Rhums, son dernier long métrage, était montré hors compétition à la Mostra de Venise 2008.
Daniel Deshays, ingénieur du son
Né en 1950, Daniel Deshays a créé de nombreuses réalisations sonores pour le théâtre dont plusieurs pour le metteur en scène Alain Françon. Au cinéma, il a travaillé notamment avec Chantal Akerman, Philippe Garrel, Robert Kramer, et Jean-Michel Carré. Il a également produit le son de plus de deux cents disques. Après avoir enseigné à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Paris, il est actuellement responsable de l’enseignement du son à l’Ecole Nationale des Arts et Techniques du Théâtre de Lyon. Il est l’auteur d’un essai : 50 questions. Pour une écriture du son (éd. Klincksieck, 2006).
Bruno Dumont, cinéaste
Né en 1958, ancien professeur de philosophie, il a réalisé une quarantaine de films de commande depuis 1986 avant de signer son premier court métrage Paris (Paris) en 1993. En 1994, il écrit le scénario d’un court métrage, Marie et Freddy, basé sur le quotidien de la région qu’il habite, le Nord de la France, et dont les deux personnages deviendront les héros de son premier long métrage La Vie de Jésus, récompensé par le Prix Jean Vigo en 1997. L’Humanité reçoit les deux prix d’interprétation et le Grand Prix du jury au Festival de Cannes 1999. Suivront TwentyNine Palms (2003) et Flandres (2006), tous deux récompensés à Cannes. Son dernier long métrage, Hadjewijch, devrait sortir en 2009.

Modération : Marianne Alphant, Centre Pompidou

8 QUESTIONS

Un auteur peut-il être commercial ?

guy renand, le 4 décembre 2008 à 14:36

N’est-ce finalement pas le manque de reconnaissance de la spécificité du travail de metteur en scène, de son savoir-faire, qui pousse en France le cinéaste à tenir tous les rôles ?

jarmush, le 4 décembre 2008 à 14:37

une question pour claire denis: A-t-elle pensé à Beau Geste de Wellman pour son flm Beau Travail?

Une question pour tout le monde: dans le mot auteur on entent le mot autorité. L’auteur du film n’est-il pas celui qui a l’autorité, celui qui coordonne, comme un chef d’orchestre?
Merci.

constance germain, le 4 décembre 2008 à 21:36

Est-ce que vous ne doutez pas, politiquement et socialement, de cette condition solipsiste d’auteur?

Nina, le 4 décembre 2008 à 22:03

Merci, Claire Denis, pour votre très belle réponse

constance germain, le 4 décembre 2008 à 22:05

ah

Nina, le 4 décembre 2008 à 22:16

question au modérateur du site:

comment peut on voir le débat en direct de chez soi? je ne trouve pas le lien.
et peut-on voir les anciens débats?
merci

pablo, le 4 décembre 2008 à 22:21

Bonsoir,
le débat est retransmis sur la page d’accueil de ce site lorsqu’il a lieu. C’est terminé pour ce soir : ) mais nous publierons bientôt la rediffusion de tous les débats ici.
Le prochain direct est programmé demain soir de 18h à 22h (voir programme à droite)
Vous pouvez d’ores et déjà poser vos questions.

L’équipe web du Centre Pompidou

pachaudc, le 4 décembre 2008 à 23:29

PARTICIPEZ

LEURS RÉPONSES

Acteurs et réalisateurs répondent à cette question centrale : “Où va le cinéma ?”


  • M. NIGHT SHYAMALAN

    Cinéaste américain
    Dernier film : Phénomènes


  • CARICE VAN HOUTEN

    Actrice néerlandaise
    Dernier film : Black Book de Paul Verhoeven


  • LISANDRO ALONSO

    Cinéaste argentin
    Dernier film : Liverpool


  • BONG JOON HO

    Cinéaste coréen
    Dernier film : The Host


  • YU LIK-WAI

    Cinéaste chinois
    Dernier film : All Tomorrow’s Parties


  • GEORGE A. ROMERO

    Cinéaste américain
    Dernier film : Diary of the Dead


  • MIGUEL GOMES

    Cinéaste portugais
    Dernier film : Cher mois d’août


  • SERGE BOZON

    Acteur et cinéaste français
    Dernier film : La France


  • KIJU YOSHIDA

    Cinéaste japonais
    Dernier film : Femmes en miroir


  • DAVID STRATHAIRN

    Acteur américain
    Dernier film : My Blueberry Nights


  • ALBERT SERRA

    Cinéaste espagnol
    Dernier film : Le Chant des oiseaux


  • HOU HSIAO-HSIEN

    Cinéaste Chinois
    Dernier film : Le Voyage du ballon rouge

Toutes les vidéos “Où va le cinéma ?” sur Dailymotion »