Où va le cinéma ?
RAYMOND BELLOUR

(english version follows)

Raymond Bellour est écrivain, critique et théoricien du cinéma et de la llittérature. Il a été directeur de recherche au CNRS et a enseigné à l’Université de Paris III. Il a notamment publié Henri Michaux ou une mesure de l’être (Gallimard, 1965) L’Analyse du film (Albatros, 1979, réed. Calmann-Lèvy, 1995), Mademoiselle Guillotine (La Différence, 1989),  L’Entre-Images, Photo. Cinéma. Vidéo (La Différence, 1990), L’entre-images 2 (POL, 1999), Le corps du cinéma , Hypnoses, émotions, animalités (POL, 2009). Il est également commissaire d’expositions : Passages de l’image (Centre Pompidou, 1989), States of Images : Instants and Intervals (Belem, Lisbonne, 2005), Thierry Kuntzel et Lumières du temps (Le Fresnoy, Tourcoing, 2006). En 1991, avec Serge Daney, il participe à la création de la revue Trafic.

1 - COMMENT ÇA VA ?
La critique ne tient qu’à ses capacités d’invention de pensée et d’écriture. Son paradoxe est que, publique par définition, si peu pourtant que ce soit, parfois, elle ne vaut de plus en plus que comme « action restreinte » (Mallarmé), c’est à dire autonomie et résistance (au sens où le posait Deleuze).

2 - COMMENT ÇA MARCHE ?
La relation la plus intéressante est d’intelligence et d’amour (sauf dans les cas tristement nécessaires de rejet radical). Sinon, faire l’impasse vaut toujours mieux – ne serait-ce que pour garder la place, chère, toujours trop rare, pour ce qu’on aime. A la limite, le vieux système des petites étoiles peut s’avérer utile, pour éviter le bavardage et l’excès de mots inutiles. Le tempo est par force déterminé par le ou les « support(s) » pour lesquels on écrit (mais on peut être obligé d’aller très vite pour un « support » lent – comme Trafic, trimestriel, soucieux malgré tout d’actualité).

3 - COMMENT ÇA SE DÉPLACE ?
Le déplacement est l’état naturel de la pensée. On se déplace parfois moins, parfois plus. Il y faut (depuis déjà longtemps) de plus en plus d’agilité (quitte à la sentir un peu vaine).

4 - COMMENT FAIRE ?
a. La critique relève, sans d’y réduire, des trois à la fois.
b. La critique relève des trois à la fois, mettant chaque fois l’accent sur tel ou tel enjeu.
c. Tout ce dont la critique a besoin pour se montrer capable de parler de cinéma.

5 - COMMENTAIRE
C’est bien trop de questions à la fois pour espérer des réponses claires à une question d’ensemble aussi confuse – à quoi on pourrait être tenté de répondre par une pirouette, faute de pouvoir faire un livre.

***

1 – HOW IS IT DOING?
Criticism depends on its capacity to invent thought and writing. Its paradox is that, public by definition, as little as that may however be, sometimes, its worth is more and more only as “restricted action” (Mallarmé), meaning autonomy and resistance (in the sense that Deleuze put it).

2 – HOW DOES IT WORK?

The most interesting relation is of intelligence and love (except in the sadly necessary cases of radical refusal). Otherwise, it is always better to avoid – may it be only to keep the costly, always too scarce room, for what we love.
Ultimately the old system of small stars can turn out useful, to avoid gossip and the excess of useless words.
The tempo is forcibly determined by the “medium(s)” for which we write (but we can be obliged to go very fast for a slow “support” – such as Trafic, a quarterly, nevertheless preoccupied with current events).

3 – HOW DOES IT MOVE ABOUT?
Movement is the natural state of thought.
We sometimes move less, sometimes more. More and more flexibility is required (and has been for a long time already) (even if it means feeling that it is a little bit vain).

4 – HOW DOES IT GO ABOUT?

A. Criticism results from, without being reduced to, the three at once.
B. Criticism results from the three at once, putting the accent each time on such or such stake.
C. All that criticism needs to show itself capable of speaking about cinema.

5 - COMMENT

It is too many questions at once to hope for clear answers to such a vague general question - to which we could be tempted to answer by a pirouette, for lack of being able to make a book.

LEURS RÉPONSES

Acteurs et réalisateurs répondent à cette question centrale : “Où va le cinéma ?”


  • M. NIGHT SHYAMALAN

    Cinéaste américain
    Dernier film : Phénomènes


  • CARICE VAN HOUTEN

    Actrice néerlandaise
    Dernier film : Black Book de Paul Verhoeven


  • LISANDRO ALONSO

    Cinéaste argentin
    Dernier film : Liverpool


  • BONG JOON HO

    Cinéaste coréen
    Dernier film : The Host


  • YU LIK-WAI

    Cinéaste chinois
    Dernier film : All Tomorrow’s Parties


  • GEORGE A. ROMERO

    Cinéaste américain
    Dernier film : Diary of the Dead


  • MIGUEL GOMES

    Cinéaste portugais
    Dernier film : Cher mois d’août


  • SERGE BOZON

    Acteur et cinéaste français
    Dernier film : La France


  • KIJU YOSHIDA

    Cinéaste japonais
    Dernier film : Femmes en miroir


  • DAVID STRATHAIRN

    Acteur américain
    Dernier film : My Blueberry Nights


  • ALBERT SERRA

    Cinéaste espagnol
    Dernier film : Le Chant des oiseaux


  • HOU HSIAO-HSIEN

    Cinéaste Chinois
    Dernier film : Le Voyage du ballon rouge

Toutes les vidéos “Où va le cinéma ?” sur Dailymotion »